/ MISE EN GARDE

Ceci n’est pas un site web facile à lire, ni un espace pour des gens ennuyeux.
Le développement et l’évaluation de chacune des recettes urbaines présentées sont complexes et remplis d’interactions.
Nous continuons à alterner négociations politiques et exercices d’a-légalité urbaine, ainsi qu’à construire, ensemble, le réseau Arquitecturas Colectivas qui offre des informations, exemples de protocoles et une petite bière aux collectifs et individus prêts à assumer des responsabilités.

/  Retrouve-nous sur •  •  •  •  • 

Recetas Urbanas
desde 2007 a la actualidad

Chimpúm

Volver atrás

Résumé

Le Chimpúm, appelé affectueusement de la sorte, est une des premières constructions de La Carpa. Le projet vient de la nécessité de créer des espaces d’ombre sur le terrain cédé par la Ville de Séville et généralement très exposé au soleil.


Le matériel principal, le bois, vient d’une exposition réalisée au Matadero de Madrid, par l’artiste Jorge Perianes. Une fois l’œuvre démontée, elle apparaissait sous la forme d’une centaine de poutres de bois abandonnées dans la partie arrière du centre d’art, intéressant certains collectifs locaux.
Le projet a été dessiné en fonction de la quantité de bois que nous avons pu déplacer au cours d’un voyage de retour de Benicassim, en compagnie de nos amis de La Fábirka-detodalavida.
La construction s’élève sur une base en béton, faite avec des coffrages en dôme de plastique, également utilisés pour la réalisation de préfabriqués de béton et liège pour le projet du Centre de Formation de la Cañada Real en collaboration avec le collectif Todo por la Praxis.
Pour la couverture nous avons réutilisé du matériel provenant de l’ancien Aula Abierta de Granade, tout comme les plaques d’ancrages pour les piliers. Comme c’est le cas dans d’autres projets, le travail peut se réaliser grâce à beaucoup de gestion et diverses complicités, permettant à moindre coût (300 euros dépensés en vis et vernis) la réalisation d’une construction qui vaudrait trois fois plus cher.

Evaluation et Protocoles

Le même réseau d’information que nous avons monté dans le but de réutiliser des matériaux venant de divers endroits et bâtiments, s’est convertit en un réseau humain. Les deux semaines durant lesquelles nos amis des collectifs El Gatoconmoscas, La Jarapa, Concepturate, etc. participèrent à la construction mirent en évidence que l’espace La Carpa allait générer beaucoup de collaborations et un travail en réseau hallucinant.


Les volontaires, apparaissant sous forme de groupes ou d’individus, s’unirent au processus d’auto construction qui deviendrait jusqu’à ce jour le plus productif de Recetas Urbanas. Pendant un an et demi, plusieurs bâtiments et équipements vinrent à former l’Espace Artistique.
Le projet du Chimpúm fut également l’occasion d’apprendre les techniques de menuiserie à grande échelle, une arme en général importante pour le projet de La Carpa, car elle permet d’obtenir un grand résultat en peu de temps. Ce refuge face au soleil et à la pluie donne du courage aux participants qui, rapidement, recommenceront à collaborer pour d’autres constructions qu’ils pourront utiliser postérieurement pour développer diverses activités, demanderont à leur tour de l’aide à Recetas Urbanas pour d’autres projets ou batailles politiques, ou simplement se satisferont d’avoir travaillé pour un projet auto géré.

Budgets et Ressources

Chronologie

Communication Interne

Situation

Avenida de las Asociaciones de Vecinos, s/n

41008 Sevilla

España


Matériaux Réutilisés

Images

  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes

Videos

Plans

Documentation

Fiche du Projet

Liens

Presse

Bibliographie