/ MISE EN GARDE

Ceci n’est pas un site web facile à lire, ni un espace pour des gens ennuyeux.
Le développement et l’évaluation de chacune des recettes urbaines présentées sont complexes et remplis d’interactions.
Nous continuons à alterner négociations politiques et exercices d’a-légalité urbaine, ainsi qu’à construire, ensemble, le réseau Arquitecturas Colectivas qui offre des informations, exemples de protocoles et une petite bière aux collectifs et individus prêts à assumer des responsabilités.

/  Retrouve-nous sur •  •  •  •  • 

Recetas Urbanas
desde 2007 a la actualidad

L’Ecole s’Agrandit

Volver atrás

Résumé


Texte de Santiago Cirugeda Parejo y José María Canalejas Díaz professeur à l'Ecole Superieure de Design de Madrid


Le besoin
L’école s’Agrandit est une initiative qui voit le jour à l’école Supérieur de Design de Madrid au cours de l’année 2013-14 pour faire face/répondre au besoin urgent d’espace dont elle souffre. Depuis sa création en 2011, sont proposés dans ce centre quatre diplômes supérieurs de Design dans quatre spécialités: le Graphisme, la Mode, le Produit, et les Intérieurs.
Si nous prenons en compte que, actuellement, à l’école il y a plus de sept cents étudiants inscrits, et que le bâtiment dans lequel elle se trouve n’a pas connu d’amplification de surface depuis qu’il a été construit en 1965 pour cent soixante-deux étudiants, nous pouvons nous faire une idée assez claire de l’importance de ce besoin.
Initialement, il a été demandé aux autorités éducatives qu’elles offrent/proposent elle-même une solution pour le motif qu’elles étaient responsables de la situation.
On leur a proposé différentes options qui passèrent par le déménagement/le transfert dans un autre centre plus grand, la construction d’un nouveau pavillon dans les espaces vides la parcelle de l’école, ou l’agrandissement au moyen d’une construction annexe à l’édifice existant. Toutes ont été bien reçues mais, finalement, aucune n’a été soutenue, avec la justification/l’excuse d’un manque de fonds/d’argent pour la financer.
Face à cette situation, l’école a décidé de faire face elle-même au problème en comptant uniquement sur ses propres ressources humaines et matérielles. Durant les cours de Préfabrication et Eléments Modulaires, une spécialité du Design d’Intérieur, cette amplification a été posée comme un exercice et, à partir des propositions élaborées, des devis ont été sollicités à différentes entreprises de modules préfabriqués. Ce fût à partir de cela que la direction, réunie avec le professeur responsable de la matière, a envisagé la possibilité d’aborder l’agrandissement au moyen de l’autoconstruction. L’objectif était double: d’un côté, réduire les coûts, et d’autre part, profiter de l’opportunité pour faire, du fait de construire, une activité éducative de laquelle on apprend/dont on puisse apprendre.
Ils évaluèrent les avantages et les inconvénients de cette option et il a été décidé, avant de prendre une décision, de consulter notre agence, “Recetas Urbanas”, pour savoir si nous serions/étions prêts à assumer la direction du projet. Le choix n’a pas été accidentel/fait au hasard. En plus de notre vaste expérience en autoconstruction, nous avions déjà collaboré avec l’école Arte4 avant qu’elle ne devienne l’École Supérieure de Design.
Notre réponse fût immédiate et nous avons été enthousiasmés par le projet dès le début. A l’école s’est alors constituée une équipe de professeurs chargés de coordonner l’activité avec nous, et nous nous sommes mis à l’œuvre.
En pensant à l’intitulé du premier mail dans lequel nous informions la communauté éducative de la décision adoptée, invitant les professeurs et étudiants à participer, nous avons écrit l’expression “l’école s’agrandit”. Ainsi est nait un projet qui a impliqué déjà plus de cent cinquante personnes.
L’opportunité
L’agrandissement proposé contient la construction de 170m2 répartit en deux étages, s’appuyant sur l’édifice existant de façon à économiser des coûts de structure. Le système constructif choisi part de l’emploi d’éléments que nous préfabriquons nous-même et montons ensuite avec des moyens techniques de montage “à sec”, évitant ainsi l’utilisation de pâtes et de mortiers, et le recours à la sous-traitance de métiers spécialisés.
Tant le système structurel que la majeure partie des matériaux mis en œuvre sont réutilisés.
Il est important de préciser qu’à ce stade du projet, le nouveau édifice n’est pas présenté aux participants comme une conception déjà fermée, mais comme une matière à travailler qui va être résolue/solutionnée au fur et à mesure de l’exécution/la progression du chantier. Le dessin se conçoit donc comme un processus dans lequel les participants ne sont pas seulement une main d’œuvre qui “aide” ou “exécute” les ordres de la direction (facultative) mais qui assument/partagent, par ses décisions, une responsabilité sur ce qui est construit.
L’autoconstruction du nouvel édifice est réalisée grâce à des ateliers bihebdomadaires d’une durée moyenne de trois jours, alternant matinée et après-midi, pour ne pas interférer avec l’activité académique. De cette façon, les étudiants qui souhaitent participer peuvent le faire sans manquer les cours, dans la mesure où à l’ESDM il y a deux tours pour croiser les études des quatre spécialités du design. Jusqu’à aujourd’hui, quinze ateliers ont été réalisés.
Cette activité a été intégrée dans le Plan d’Etudes du Centre et permet aux étudiants de valider tout, ou une partie, de leur six ECTS de configuration libre qu’ils doivent obtenir pour compléter leur formation. La présence/la participation à l’atelier se quantifie en nombre d’heure de travail et à la fin de l’année académique est certifié le total du temps de travail aux étudiants qui le sollicitent.
Est offerte aussi aux professeurs du centre la possibilité d’inclure, dans les guides pédagogiques des différentes matières, ce projet qui génère un scénario de collaboration dans lequel ils peuvent établir différents niveaux de participation, qui va du simple soutien ponctuel sur des tâches concrètes comme la résolution et/ou l’exécution d’un élément constructif, à celles plus larges comme l’étude de l’intérieur des espaces du nouveau bâtiment.
Aujourd’hui, le rez-de-chaussée est pratiquement terminé, sont préfabriqués les éléments du plancher et les murs du premier étage ainsi que la couverture. Cela a été possible, comme nous l’avons dit, grâce à plus de cent cinquante personnes.
Par ici sont passés des étudiants et professeurs d’Uruguay, de Colombie, du Brésil, d’Ecosse, de Suisse, du Canada, des Etats-Unis, de Russie, de France, de Grande Bretagne, du Chili, du Venezuela, d’Italie, de Malaisie, de Pologne, du Mexique, d’Allemagne et de Chine, en plus de beaucoup d’autres villes et lieux de notre pays. De cette façon, nous avons pu connaître d’une part, les programmes et méthodologies de l’enseignement du design et de l’architecture employés dans tous ces coins de la planète, et d’autre part, faire connaître notre projet de l’école.
Toutefois, les échanges de connaissances et de pratiques, (extrêmement riches) n’ont pas lieu uniquement avec des centres éducatifs. A l’école s’agrandit ont participé aussi des membres de collectifs, d’associations et des professionnels étrangers au monde académique, qui désiraient collaborer à cette expérience de travail collectif. Cela va des équipes qui investissent le développement d’application facilitant l’organisation et la gestion du travail collaboratif, aux ingénieurs et architectes intéressés par “penser en faisant”, en passant par des journalistes, des photographes et des éditeurs préoccupés par la diffusion de ce genre d’initiatives et sa réplication dans d’autres sites.
Nous avons également pu compter dès le début sur l’implication dans le projet du personnel non enseignant du centre. Leur collaboration a énormément facilité la mise en œuvre des ateliers. La secrétaire et l’administratrice/ Le secrétariat et l’administration ont vu augmenter de façon significative leur charge de travail en ayant à assumer la comptabilité du chantier. Le personnel d’entretien a collaboré en redoublant d’effort pour maintenir les conditions optimales de l’école les jours de travail, même pendant les phases aussi dures telles que creuser les fondations. Les ordonnances et personnels d’entretien ont soutenu l’ouverture et la fermeture des portes, livraison de commande, gestion des outils, moyens auxiliaires, etc.
Le défi
Résumer en quelques lignes une expérience tant complexe oblige nécessairement a reléguer des aspects importants à un second plan, mais nous ne pouvons pas oublier de citer ici, avant de conclure, certains de ceux-ci. Pour se projeter vers le futur avec ce projet d’agrandissement, il a été nécessaire de regarder aussi le passé, en favorisant la rencontré avec notre propre histoire. Connaître les origines du centre, ses changements et ses adaptations aux différents plans éducatifs nous ont aidé à mieux comprendre les problématiques d’espace auxquels nous nous confrontons et le site dans lequel nous sommes, le quartier de Madrid où nous nous situons, ainsi que son histoire. Nous avons travaillé ensemble pendant plus d’un an et demi et nous l’avons fêté en créant des espaces où partager un bon repas et un verre de satisfaction pour la progression. Des équipes de travail ont été organisées pour diffuser l’expérience sur des tracts, les réseaux sociaux, les sites web, etc. Déjà un atelier de paysage a été célébré pour préparer le terrain autour de la nouvelle construction et, d’ici peu, un autre veut être organisé pour concevoir et produire le mobilier avec lequel aménager les nouveaux espaces. … Et, le plus important: aujourd’hui nous pouvons dire que la communauté éducative a naturellement intégré dans son quotidien la cohabitation avec le chantier qu’elle sent déjà comme quelque chose qui lui est propre, et a rendu possible l’établissement de nouveaux liens entre les intégrants, au-delà du rôle que l’organisation académique, tant rigide que hiérarchique, les assigne/affecte. La concrétion de nouveaux espaces physiques de l’ampliation a permis la création d’autre espace d’expérimentation qui, à la différence de l’antérieur, n’avait pas de date de fin et pourra continuer à générer de nouvelles opportunités d’apprentissage dans le futur. A l’ESDM, nous construisons de nouveaux espaces, mais également différentes manières de grandir et partager des connaissances.

Evaluation et Protocoles

Budgets et Ressources

Chronologie

Communication Interne

Situation

Matériaux Réutilisés

Images

  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes
  • Imágenes

Videos

Plans

Documentation

Fiche du Projet

Liens

Presse

Bibliographie